Marseille – Mistral Gagnant ?

Il me vient rapidement une citation de notre ancien président et amis, Jacques Chirac :

Ça m’en touche une sans bouger l’autre… 

et je parle pas de pétanque !

Après avoir vu cette première saison de Marseille, la première série française à sortir des tiroirs « Netflix » je reste assez dubitatif.
Il faut admettre que les critiques se sont bien lâchés à la sortie de cette série tant attendue, en voici notre analyse :

Ça m’en touche une

 

Parce que Gérard sur un Scoot, ça fait toujours quelque chose !

Parce que Gérard sur un Scoot, ça fait toujours quelque chose !

parce qu’on a quand même un bonhomme dont les talents d’acteur n’ont plus à être prouvés, en la personne de notre bon vieux Gérard (Depardieu), dans le costume de Robert Taro, maire de Marseille.
Je l’attendais au tournant et il ne m’a pas déçu.

Comme à son habitude c’est avec naturel qu’il parvient à entrer dans la peau de son personnage et à créer un certain attachement.

 

Sans bouger l’autre

parce que la bonne prestation de Gégé ne suffit pas à compenser les contre-performances des acteurs qui l’entourent… Il faut dire aussi que Benoit Magimel dont le talent reste pour certains discutable, qui joue avec l’accent marseillais ça aurait vraiment du rester sur le papier !

Géraldine Pailhas, quant à elle, qui nous avait habitués à mieux notamment dans « Le coût de la vie », et plus récemment « Jeune et Jolie », déçoit.
Son personnage de femme névrosée agace plus qu’il ne déclenche d’empathie et elle-même ne semble pas très concernée par le scénario…

Parce qu’en réalité, il est surtout là le problème !
On partait quand même avec un casting qui tenait la route (ou pas #Idontlikemagimel) et qui, pour moi, ne tient pas vraiment ses promesses. Toutefois à leurs décharges, les acteurs pâtissent d’un scénario plutôt mal branlé et surtout de dialogues d’une maladresse tutoyant parfois le franchement mauvais…

En conclusion, même si on le savait déjà, nous avons ici la confirmation que de bons acteurs ça suffit pas et que quand on se lance dans une série à dialogue faut savoir en écrire parce que sinon ça peut vite déraper en Nanar non contrôlé !

On est toutefois ici face à une série politique qui peut plaire au Aficionados du sujet mais ne vous n’y trompez pas, on est loin d’un « House of Cards » à la française annoncé avant la sortie.

 

About author
Photo du profil de Max Bst

Your email address will not be published. Required fields are marked *