[Interview] Rencontre avec…Ultra Vomit !

Editors choice

En tournée depuis bientôt 1 an, Ultra Vomit enchaîne les salles françaises à guichet fermé avec des riffs heavy ravageurs et un univers aussi con que créatif, entre l’hommage et le sketch musical. Une chose est sûre, UV apporte un bonheur dingue à ses fans toujours plus nombreux. Rencontre avec Fœtus, Manard, Flockos et Mathieu pour une interview sortie de de scène…Let’s rock !

Interview –  De la Bille, du Hard Rock et du Gaming

20171009_123251

Fœtus : Super ! C’est bon ça ! Je peux m’avancer et reculer devant le micro pour faire un effet de style…PuuuuuTAIN ! (L’interview est enregistrée).

 

Le Baron : Bon les gars, je dois commencer par vous dire : je devais être accompagné par mon fidèle expert métal mais une seule accréditation nous a été accordée car le concert est archi-complet, vous êtes des stars messieurs…

Manard : Et bien désolé pour lui…Mais son sacrifice ne sera pas « vin » puisque nous sommes à Bordeaux (rire général qui induit que tout le monde apprécie les calambours de Manard) !

Le Baron : On va revenir sur ce qu’il s’est passé le 18 juin dernier. Votre passage au Hellfest qui a dû changer beaucoup de choses pour vous. Un set sur scène devant plus de 50.000 personnes…Comment l’avez-vous vécu ?

Foetus : On ne va pas te mentir, il y avait une certaine « chiance dessus » finalement.

Manard : Oui, c’est-à-dire que…On a donné un concert musicalement très médiocre : on a joué…pas très bien, on a joué trop vite mais malgré ça, le concert était hyper bien.

Foetus : Ce qui comptait, c’était l’état d’esprit et l’ambiance qui s’en dégageait et c’est bien ça qui a fonctionné. Il faisait hyper beau, le public était énorme etc.

Manard : Pour cette heure-là (13h), on a battu le record d’affluence du festival. Et on en ressent  encore les effets. Il y a eu une espèce de bouche à oreille…Même ceux qui n’étaient pas là ont entendu qu’au Hellfest on a avait fait un truc de malade. Ca a boosté complètement notre tournée. Par exemple, pour la date de ce soir (Bordeaux 11/11/2017), avant le Hell notre tourneur avait enregistré 60 préventes et dès le mois de juillet, la date était complète.

Le Baron : Quelles sont vos influences musicales pour ce dernier album ?

Foetus : On a coutume de citer « Les inconnus ». En fait, c’est l’univers qui met tout le monde d’accord, au niveau parodique. Alors bien sûr, ce n’est pas du métal. Pour cet aspect là,  nos influences sont très visibles. On reprend Rammstein, Slipknot etc. C’est clairement la musique qu’on aime. Par exemple lorsqu’on fait Mountain of maths c’est une parodie d’Immortal. Un groupe de Black qu’on a beaucoup écouté. Aussi parodiques soient nos chansons, elles s’inspirent toujours de musiques que nous apprécions vraiment. On respecte à mort…C’est aussi pour ça qu’on se donne du mal pour jouer des riffs proprement.

Le Baron : C’est un élément qui revient toujours lorsqu’on parle de vous : musicalement, c’est super carré alors que les paroles c’est le délire total.

Foetus : En général c’est un bon compliment ! Le problème c’est que bien souvent, la question qui arrive derrière c’est pourquoi vous ne faites pas un groupe sérieux…Comme si l’humour ne l’était pas.

Manard : On essaye de faire de la bonne musique ! Si tu te concentres sur l’aspect instrumental de l’album tu vas bien voir que les riffs et les mélodies sont là.

Fœtus : Pour valider une chanson, je dis souvent qu’il faut se mettre à la place d’un chinois qui ne comprend rien aux vannes que nous faisons. Il faut pouvoir apprécier les morceaux sans la compréhension des paroles pour être sûr qu’on est sur la bonne voie. Sur un morceau comme Evier Metal, certes les paroles sont complètement débiles mais l’instrumental se tient, l’univers musical fonctionne bien.

20171009_122922

Le Baron : Parlons un peu gaming, quels sont vos jeux vidéo préférés ?  

Fœtus : Alors, il est évident qu’en ce moment c’est Fifa 2018. Mais je pense que mon jeu vidéo préféré de tous les temps c’est PES 5. Eventuellement, Winning eleven 6, la version japonaise de PES 6. Bon, je ne vais pas te mentir, je joue uniquement aux jeux de Foot. Par contre, quand j’étais petit le plus beau Noël de ma vie c’est quand j’ai reçu Street fighters 2. J’ai aussi énormément joué à Zelda Link to the pass sur Super Ness…Mais je le répète, j’ai principalement dépensé de l’argent dans les consoles et les manettes, qu’il fallait souvent remplacer, juste pour jouer à un jeu de foot.

Flockos : il faut savoir que Fœtus a un problème avec le foot, de base. C’est sans fin…

Flockos : Moi, j’ai vite eu un problème de crise de nerfs avec Mortal Kombat 2 sur Mega Drive. Je n’arrivais pas à battre Motaro et mon frère qui à 5 ans de plus me laminait sans arrêt !  Donc finalement je joue très peu ou quasiment pas. Mais j’ai toujours accompagné mon frère dans l’univers des jeux vidéo, avec des classiques : comme Sonic et Knuckles ou Tomb Raider etc.

Manard : Depuis les deux dernières années, Rocket League a pris une place importante dans ma vie. (Acquiescement général du groupe…), sinon je joue depuis que j’ai 5 ans…L’un des univers les plus marquant pour moi c’est Secret of the Monkeys Island.

Matthieu : Je suis devenu addict à The binding of Issac. Ca fait 1an que je suis à fond dessus, quitte à perdre mes amis, ma copine et mes parents. En terme de style de jeu, J’aime bien les ambiances rétro en 2D, comme Spelunky par exemple.  

20171009_132819

Le Baron : Vous êtes donc des gamers, c’est une véritable influence les jeux vidéo au sein du groupe ?

Fœtus : Je ne dirais pas les jeux vidéo particulièrement, c’est plus une question de « pop culture » (rires moqueurs mais discrets des autres membres du groupe) dans laquelle s’intègrent les jeux-vidéo, les mangas, les dessins animés…C’est le même « tonneau » pour nous.

 

Le Baron : Vos influences cinématographiques ?

Fœtus : Meilleurs films de tous les temps : Retour vers le futur et Les Bronzés font du ski. Et en matière de série, je dirais OZ et Black Mirror.

Manard : Pareil que Fœtus pour le choix des films. Mais bon, je suis quand même spécialisé dans les films d’horreur donc : Hellraiser, Necromantic 1 et 2 et Brain Dead. En série : Les Contes de la Crypte.

Fœtus : Manard ne porte que des tee-shirts de tueurs sur scène, que tout le monde trouve affreux.

Flockos : Si tu fais un peu attention à l’imagerie de l’album tu retrouves l’univers visuel de Prédator ou Batman. La musique de film est pour moi très importante, c’est une source d’inspiration essentielle, j’écoute beaucoup de B.O (Fœtus intervient avec autorité : tu vas le dire que Die Hard c’est ton film préféré !). Oui ! Les 3 premiers c’est mon culte. Génial. Question série, je suis un inconditionnel de Lost, c’est la meilleure série du monde.

Matthieu : Ouais Lost ca défonce, The Shield aussi. Sinon je dirais que les 3 films que j’amènerais sur une île déserte seraient Interstellar, the Big Lebowski et the Truman Show.

Le Baron : De but en blanc, sans réfléchir, donnez-moi vos  3 groupes ou artistes préférés :

Fœtus : Michael Jackson, Nirvana et The Beatles.

Manard : Carcass, Coroner et Helloween

Matthieu : Red hot Chili Peppers, Queen of the Stone age et Nine Inch Nails

Flockos : Metallica, Green Day et évidemment Nofx, mon groupe fétiche.

Le Baron : Quel groupe c’est vrai…Tu as déjà pu rencontrer les membres de NOFX ?

Oui rapidement mais ce n’était pas très agréable de croiser Fat Mike (bassiste légendaire de NOFX) …J’étais tétanisé et lui était assez antipathique. A l’inverse, j’ai rencontré Jason Newsteed (ancien bassiste de Metallica) et ça s’est très bien passé, petit serrage de main, photo et c’est ok. Je pense que ca ne sert à rien d’espérer plus de ce type de rencontre même si ça reste quelque chose de très impressionnant.

Le Baron : Et en ce moment, qu’est-ce qui vous plaît dans la musique actuelle ?

Matthieu : Orelsan, Je l’ai découvert il n’y a pas longtemps et je trouve ce qu’il fait, dans son ensemble, super réussi.

Fœtus : Ouais moi aussi, sa musique me parle, la manière qu’il a de cracher son spleen notamment.

Le Baron : Vous pourriez faire un duo ?

Ce serait dingue ! Mais il faudrait clairement faire attention… Cela pourrait vite devenir ridicule.

Le Baron : Dernière question : qu’est ce que vous pensez de l’absence bien réelle du métal à la radio française ?

Foetus : Ce n’est pas un problème quand tu vois l’affluence et la passion qui peut y avoir dans un festival comme le Hellfest. Ceci dit, si les radios diffusaient un peu plus de métal, je n’écouterais plus uniquement l’After foot sur RMC.

Flockos : C’est très différent aux États-Unis où un groupe comme Metallica passe tous les jours sur les ondes des radios de Los Angeles depuis 25 ans. En France, on a peut être pas les radios qui correspondent à cette culture musicale.

Manard : J’écoutais Fun Radio quand j’étais jeune et j’y ai entendu du Métal. Il y a avait même une émission qui avait pour générique le riff d’Enter Sandman. Ça m’a énormément marqué mais c’est vrai qu’aujourd’hui c’est le vide. D’un autre coté, les pratiques ont changé et la musique est consommée sans barrières sur internet. Et c’est surement tant mieux comme ça.

 

About author
Photo du profil de Le Baron

Your email address will not be published. Required fields are marked *