[HellFest] Jeudi, les portes de l’enfer

10h00, il fait beau.

Putain ça y est c’est le grand jour.
La bagnole est chargée depuis la veille, dans 3h je retrouve l’enfer clissonnais. Phase d’excitation absolue où je me dis que je vais retrouver une sorte de famille musicale qui…aime beaucoup les tee-shirts de groupe.

Bientôt 14H00, voiture garée sur le parking numéro 1 et tente sur le dos, je rejoins l’entrée du festival où, comme chaque année, se forme une immense masse de festivaliers autour d’une sculpture de guitare gigantesque qui trône au beau milieu de la route . Le soleil frappe les têtes mais l’attente de l’ouverture prévue pour 16h se vit dans le calme, à la cool, avec cette impression hyper apaisante qu’une seule barrière serait suffisante pour retenir des dizaines de milliers de personnes tellement les fouteurs de merde sont inexistants. La population du Hellfest a cette particularité de distiller une bonne ambiance qui n’exclue personne…tant que tu portes un tee-shirt de groupe.

photo d'ouverture 1

A peine 16h et les portes du site ouvrent, donnant accès au Hellcity à l’Extrême Market et au camping. L’immersion est totale. C’est l’une des grandes forces de ce festival, alors que le site des concerts n’ouvre que le lendemain, le festivalier est déjà plongé dans une véritable ville dédiée à la culture rock-métal où tatoueurs, salle d’arcade, bars, stand Gibson se nichent sous de petites façades ambiance Camden Rock…
Faut bien se le dire, c’est super réussi. Camping gigantesque mais toujours bien organisée, des points d’eau bien répartis, une attente énormément réduite par rapport à l’année dernière …c’est devenu une évidence, le Hell est LE festival en France qui se donne le plus les moyens d’accueillir comme il se doit son festivalier.

Et dès ce premier soir, un match de catch typé « luchadores » été proposé avec un groupe en live super calé, qui envoyait le riff d’ « Im broken » de Pantera à la perfection. Un plus pour se distraire, tout à fait indéniable.
C’est dit.
Allez, parlons concerts.
Clairement, ce que j’aime au Hellfest, c’est me lever tôt.

9h, tôt pour un festival évidemment. Et ouais, parce que le hell c’est 160 concerts en 3 jours et ça démarre dès 10H30 le vendredi.

About author
Photo du profil de Le Baron

Your email address will not be published. Required fields are marked *