Dirk Gently – Sherlock, Doctor Who, Connected !

Dirk Gently – Sherlock, Doctor Who, Connected !

12 views
0

Si certains pensent que le hasard semble parfois nous jouer des tours, d’autres sont convaincus que rien n’est coïncidence. Et j’en ai eu la preuve hier !

Une suggestion Netflix alléchante venait de se présenter à moi, comme par magie !

Oui, je sais, c’est une production Netflix donc elle a facilement gagné sa place en tête d’affiche, mais pour une fois, ce n’est pas à cela que je me suis fié.
Ce qui m’a surpris, c’est d’apercevoir parmi les acteurs l’étonnant Elijah Wood ! C’est décidé, allons jeter un coup d’œil à cette série.

Et je peux d’ores et déjà vous dire que je n’ai pas été déçu, car mon destin, ou ma gourmandise, m’ont fait dévorer toute la première saison dans la journée.

Je m’en vais vous donner le pitch de cette aventure inattendue :

dirkgently-barnett-wood-meeting

On ne choisit pas toujours son Binôme !

Todd, un jeune groom de Seattle sans histoire découvre une scène de crime dans le Penthouse de l’hôtel où il travaille.
Et pas n’importe quel crime car s’il ne reste aucune trace de l’arme du crime, les victimes sont pour certaines déchiquetées, coupées en deux, des traces de morsures sont visibles au plafond, en bref, c’est un vrai bain de sang.
Secoué, Todd rentre chez lui, où il fait la rencontre d’un drôle d’énergumène qui entre par sa fenêtre et lui maintient être un « détective holistique » et que Todd doit devenir son assistant. Dirk Gently, plus qu’un détective explique que son existence et son quotidien le font toujours arriver au bon endroit, et qu’il n’est pas de coïncidence mais que son destin le mène où il doit être.

C’est bien malgré lui que Todd se retrouve alors embarqué dans une course folle où FBI, CIA, Police, Punks et Sectes étranges gravitent autour de notre duo de choc.

2 pour le prix d’un

dirk-gently-corgi

Equipe de Choc ?

La série si elle paraît une étrange histoire alambiquée et incompréhensible durant quelques 3 ou 4 épisodes, reste néanmoins des plus divertissantes grâce à un fonctionnement par duo toujours très efficace.
Qu’il s’agisse de Todd et Dirk, des détectives de la police et du FBI ou des membres de la CIA, on retrouve toujours une situation d’intimité entre deux comédiens souvent sacrément bien castés.

Les scènes sont cocasses et enrobent tout le mystère du scénario d’une comédie légère et, à mon goût, très drôle.

C’est aussi un excellent moyen pour les créateurs de créer des parallèles narratifs entre les différents couples à l’écran dont les parcours sont parfois étrangement semblables, et comme vous l’aurez compris, rarement par hasard.

Vous reprendrez bien un peu de Dr. Who ?

Parler de cette série, c’est également pour moi l’occasion d’évoquer un point que j’ai pu remarquer en regardant Stranger Things.

On arrête pas de dire en ce moment que Netflix propose des séries sacrément originales avec des personnages marquants et des scénarios rafraîchissants.
Mais au delà de ça, les productions choisies par Netflix ont surtout su garder un œil attentif sur les tendances, et notamment l’impact actuel qu’à la Pop Culture.

On vit en ce moment une iconisation grandissante des figures et œuvres des années 80-90-2000. Et bien utilisé, cela permet de créer des univers originaux dans lesquels les spectateurs retrouvent très vite leurs repères et prennent donc vite goût aux intrigues et aux histoires alambiquées qui sont proposées.

Dans Stranger Things, les références à Carpenter et à Stephen King sont très présentes dans la réalisation, laissant place à une atmosphère pesante et oppressante.

Ici, Dirk Gently, personnage central de l’histoire, est une sorte de mélange entre un Sherlock Holmes et un Docteur Who.
Pas si bête qu’il en a l’air mais maladroit comme tout, c’est un génie incompris qui pèse sur son entourage à tel point qu’il se retrouve seul et isolé. Pour autant, il reste un héros, un vrai, jamais découragé et toujours entraîné par l’aventure.

Bien qu’adapté d’un bouquin, la transcription en série de l’oeuvre est une vraie réussite en comparaison à l’adaptation diffusée de 2010 à 2012 qui semble d’après les reviews des spectateurs, vraiment décevante.

Quand Netflix use de telles pirouettes, je ne peux que tirer mon chapeau, car il est aisé de reproduire un schéma, mais combien parviennent à avoir l’air originaux, et à créer un scénario qui tient la route, surtout dans un style fantastique/mystique, souvent permissif, mais qui ouvre aussi les portes au n’importe quoi non maîtrisé.

 

En cela, je vous invite à foncer voir cette série qui a su me régaler dès l’instant où j’ai entamé le visionnage !

Et revenez nous dire ce que vous en avez pensé !

Ps. si vous aviez aimé Utopia, et notamment sa bande son, vous allez kiffer de Ouf !

About author
Photo du profil de Romain - Hak - Q.

Your email address will not be published. Required fields are marked *